FAQ

Foire aux questions

Que veut dire certification vipère ?

La certification chronométrique assurée par l’Observatoire de Besançon (équivalent au COSC) répond aux spécifications de la norme européenne ISO 3159, délivrée sous le contrôle de l’État.

Les références temps fréquence de l’Observatoire sont elles-mêmes scientifiquement « garanties » par l’affiliation de Besançon à la chaîne métrologique française pilotée par le LNE (organisme certificateur à l’échelle nationale et internationale).

Le service chronométrie de l’observatoire de Besançon effectue sur les montres certifiées vipère un contrôle chronométrique, d’une durée de 16 jours.

Les 3 critères principaux qui permettent de juger de la valeur d’un chronomètre sont :

– L’écart moyen de la marche diurne : La durée des épreuves est divisée en plusieurs périodes, dont la longueur varie selon la catégorie d’épreuves. Pour chacune de ces périodes, on calcule la marche moyenne, et pour chaque jour de la période, la différence entre la marche diurne correspondante et la marche moyenne de la période. On appelle cette différence « écart de marche ». La somme des valeurs numériques de tous ces écarts constitue « l’écart moyen de la marche diurne ».

– L’écart moyen de période à période : Pour toutes les périodes pendant lesquelles le chronomètre a été soumis à la température ordinaire, on calcule la marche moyenne. On prend la moyenne générale de ces marches moyennes et l’on forme les écarts entre la marche moyenne de chaque période et cette moyenne générale. La somme des valeurs de tous ces écarts, divisée par le nombre des périodes, constitue « l’écart moyen de période à période ».

– L’erreur de compensation pour un degré centigrade : Tous les chronomètres sont soumis à des épreuves de températures et des épreuves thermiques (de durée variable suivant les cas) durant lesquelles ils conservent la même position. Pendant la première période le chronomètre est placé dans une glacière à température de 5 degrés. Pour la deuxième période, il est placé à la température de 20 degrés. Puis, pour la troisième période, il est placé dans une étuve à 35 degrés.
On calcule ensuite la marche moyenne de chaque période et la moyenne générale de ces trois marches moyennes. Dès lors, on forme les écarts entre la marche de chaque période et cette moyenne générale.
Ensuite, on calcule la température moyenne de chaque période et la moyenne générale de ces trois températures moyennes. Puis on forme les écarts entre la température moyenne de chaque période et cette moyenne générale.
On prend ensuite la somme des valeurs numériques des trois écarts de marche et la somme des valeurs numériques des trois écarts de température. Le quotient obtenu en divisant la première somme par la deuxième constitue « l’erreur de compensation pour un degré centigrade ».

Seules les montres qui ont parfaitement passé ces tests et respecté les critères obtiennent un certificat.
Une fois les épreuves de précision et de stabilité du service chronométrique remportées, la vipère (le poinçon de l’observatoire de Besançon) s’appose sur les marques de temps méritantes. Ce certificat assure une production très haut de gamme et indiscutable.

Quelle est la différence entre un chronographe et un chronomètre ?

Un chronographe est une montre possédant des aiguilles qui indiquent les heures, les minutes et les secondes, ainsi qu’un mécanisme qui mesure le temps écoulé. Il utilise à cet effet l’aiguille centrale du chronographe qui comptabilise les secondes, et un compteur 30 minutes et 12 heures.

Un chronomètre est une montre qui a obtenu un certificat officiel du COSC (Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres) à l’issue de tests d’étanchéité et de précision dans différentes situations et à différentes températures. Ces tests se déroulent sur une période de 15 jours.

Que signifie l'acronyme PVD ?

Les initiales PVD correspondent à l’anglais Physical Vapour Deposition (dépôt physique en phase gazeuse).

Il s’agit d’un processus sophistiqué, réalisé sous vide, au cours duquel des particules microscopiques sont déposées sur les produits par bombardement d’ions ou pulvérisation cathodique, pour former une surface protectrice.

Cela permet d’obtenir des couches très fines de composants exempts d’impureté, possédant des niveaux élevés de dureté (nitrure, carbures, etc.) et des qualités hypoallergéniques.

Que signifie l’acronyme DLC ?

Le carbone amorphe souvent appelé DLC est un matériau obtenu en couches minces par les techniques de dépôt sous vide. Sa dureté est variable mais toujours très élevée. Sa particularité est de présenter un coefficient de frottement en général très bas.

Cette propriété alliée avec une inertie chimique remarquable permet de l’utiliser dans des applications ou l’usure et le frottement doivent être faible. Le DLC a donc une très grande résistance à l’usure et à la corrosion.

Qu’est-ce qu'une lunette unidirectionnelle ?

Souvent, la lunette (anneau ajusté sur la boîte) sert à enregistrer des données complémentaires, et peut tourner dans les deux sens pour offrir différentes fonctions. Une lunette unidirectionnelle ne tourne en revanche que dans un seul sens, pour éviter tout risque de manœuvre accidentelle.

Cette sécurité est particulièrement utile pour mesurer son temps de plongée et calculer les paliers de décompression. Tout incident ou manœuvre involontaire allonge alors le temps et par conséquent le temps de décompression. L’inverse, raccourcir les temps, provoquerait un accident pour le plongeur.

Qu'est-ce qu’un verre en saphir ?

Le verre saphir est apparu à la fin des années 80 et s’est progressivement généralisé dans le courant des années 90 à toutes les marques de haut de gamme.

Pour obtenir du verre saphir, il faut réaliser une fonte d’alumine à l’aide d’un chalumeau oxhydrique à plus de 2000°. Une « carotte » de monocristal de saphir synthétique se forme alors, c’est de la qu’est tiré le verre saphir.

Ce procédé, inventé en 1902 par le Français Auguste Victor Louis Verneuil, sert toujours aujourd’hui. Il est utilisé en horlogerie à la fois pour les verres, mais également pour les rubis utilisés dans les calibres.
Il a pour avantage de résister aux rayures.

Qu’est-ce qu’un verre avec antireflet ?

Le revêtement antireflets est un traitement déposé sur la face interne ou externe d’un verre de montre pour optimiser la lecture du cadran, en éliminant les reflets causés par la lumière.

Il permet également d’éliminer l’effet de « voile » souvent causé par le verre.
Sous certains angles, le verre devient invisible, et donne l’impression de « plonger » dans le cadran. Les noirs sont plus profonds, et les couleurs plus franches.

L’application d’un traitement performant, permet de magnifier la montre dans son ensemble.

Il faut cependant savoir que l’antireflet appliqué sur la face extérieure du verre peut se rayer. Contrairement au verre saphir sans traitement antireflet externe.

Jusqu'à quelle profondeur les montres Akrone résistent-elles dans l'eau ?

Les montres Akrone sont conçues pour résister jusqu’à une pression 10 bar (100 m / 330 ft), 20 bar (200 m / 660 ft) 30 bar (300 m / 1000 ft)…. comme cela est indiqué au dos de la boîte.

L’étanchéité des montres est évaluée lors de tests de résistance à la pression réalisés en laboratoire. Ces tests simulent les conditions auxquelles est soumis un nageur ou un plongeur immobile à une pression donnée.

Toutefois, de nombreuses activités nautiques impliquent d’importants mouvements et autres variations environnementales. Ces critères, écartés de ces tests, peuvent amoindrir le degré d’étanchéité de la montre.

Le contrôle d’étanchéité d’une montre ne prend notamment pas en compte sa capacité à conserver son degré de résistance à la pression sur le long terme. Par conséquent, l’étanchéité d’une montre ne peut être garantie à vie.

Elle peut être compromise par le vieillissement des joints d’étanchéité, un choc accidentel au niveau de la couronne ou des poussoirs, des chocs thermiques à répétition… Comme stipulé dans nos instructions d’entretien, nous vous recommandons de faire vérifier l’étanchéité de votre montre une fois tous les 2 ans auprès d’un service clientèle Akrone agréé. Vous ne devez en aucun cas ouvrir vous-même la montre.

Faites attention à ne pas activer la couronne et/ou les poussoirs pour régler l’heure quand la montre est immergée. Vérifiez également que la couronne soit poussée/vissée soigneusement.

Quelles sont les tolérances de précision pour les montres mécaniques Akrone ?

La précision d’une montre est variable, elle dépend de son mouvement et des habitudes de son utilisateur. L’atelier Horloger qui assemble nos montres à Besançon  est capable d’ajuster la précision d’une montre dans les limites de tolérance.

La majorité des montres non certifiées comme chronomètres présentent une variation de marche diurne moyenne de -10 et +30 secondes par jour. Pour mériter le titre de chronomètre, le mouvement mécanique doit présenter une variation de marche diurne moyenne entre -4 et +6 secondes par jour.

Quelle est la différence entre un mouvement à remontage automatique et un mouvement à remontage manuel ?

La différence entre ces deux mouvements tient à la façon dont la montre est remontée. 

Les montres à remontage manuel doivent être remontées manuellement chaque jour à l’aide de la couronne, tandis que les montres à remontage automatique sont remontées par un rotor interne qui réagit aux mouvements du poignet.

Quelle réserve de marche possède une montre Akrone mécanique à remontage automatique et comment fonctionne-t-elle ?

Le fonctionnement d’un mouvement mécanique à remontage automatique Akrone dépend des mouvements du poignet. Complètement remontée, la montre présente généralement une réserve de marche d’environ 39 heures.

Dans la mesure où le mécanisme à remontage automatique de la montre est directement lié à l’activité du porteur, 10 à 12 heures d’utilisation suffisent en principe à générer une réserve de marche d’au moins 20 à 30 heures. La montre continue donc de fonctionner toute la nuit.

Toutefois, si la montre n’a pas été portée pendant plusieurs jours et que sa réserve de marche est épuisée, nous recommandons de remonter la montre manuellement en tournant la couronne environ 15 fois (dans le sens des aiguilles d’une montre) pour assurer une marche régulière dès la mise au poignet.

e7badcb1c49afe4d9cb9b6ac17b717f4>>>>>>>>>>>>>>>>>